Plotone avanti! Index du Forum

Plotone avanti!
Ce forum est un espace d'échange autour de l'Italie en guerre (1935-1945) et de l'histoire vivante à ce sujet. Il rassemble des passionnés sans connotation politique. English spoken/ Si parla italiano qui

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La nourriture, les rations du Regio Esercito.
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Plotone avanti! Index du Forum -> L'uniforme et l'équipement du soldat italien. L'Italie en guerre -> L'équipement individuel et collectif du soldat
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Francesco Marzo
Sergente Maggiore
Sergente Maggiore

En ligne

Inscrit le: 06 Jan 2013
Messages: 5 662
Localisation: Sul fronte

MessagePosté le: Jeu 30 Juil - 23:19 (2015)    Sujet du message: La nourriture, les rations du Regio Esercito. Répondre en citant

Intéressantes données provenant de G. Rochat (Le guerre...) traduction de moi-même: "[L'époque] ne vit pas d'améliorations significatives de l'équipement [...] et de la nourriture des soldats, ni des casernes. Officiers et sous-officiers avaient un mess , mais presque partout les soldats continuaient à manger dans leurs gamelles, par terre."


Note: "Jusqu'aux années 60 la plus grande partie des soldats n'avaient pas droit à une cantine, des chambres chauffées et des services hygiéniques modernes". 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 30 Juil - 23:19 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alessandro Forza
Soldato
Soldato

Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2013
Messages: 2 807
Localisation: Isere

MessagePosté le: Ven 31 Juil - 07:34 (2015)    Sujet du message: La nourriture, les rations du Regio Esercito. Répondre en citant

A peine croyable! Sad

Je suis intimement convaincu qu'il existe un rapport direct entre la façon dont sont considérés les soldats et leurs performances. Cela dit, la plupart des hommes de cette époque n'avaient pas ce confort chez eux, ce qui explique leur acceptation générale.
Revenir en haut
Francesco Marzo
Sergente Maggiore
Sergente Maggiore

En ligne

Inscrit le: 06 Jan 2013
Messages: 5 662
Localisation: Sul fronte

MessagePosté le: Ven 31 Juil - 08:12 (2015)    Sujet du message: La nourriture, les rations du Regio Esercito. Répondre en citant

J'ai eu du mal à y croire aussi... Ca craint quand même. Quand tu vois l'effort de casernement entrepris après 1870 en France !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Alessandro Forza
Soldato
Soldato

Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2013
Messages: 2 807
Localisation: Isere

MessagePosté le: Ven 31 Juil - 08:39 (2015)    Sujet du message: La nourriture, les rations du Regio Esercito. Répondre en citant

Oui, avec de bons résultats sur le lien Armée / Nation: soldats mieux considérés, équipés etc...
Revenir en haut
Francesco Marzo
Sergente Maggiore
Sergente Maggiore

En ligne

Inscrit le: 06 Jan 2013
Messages: 5 662
Localisation: Sul fronte

MessagePosté le: Lun 3 Aoû - 16:43 (2015)    Sujet du message: La nourriture, les rations du Regio Esercito. Répondre en citant

Long, mais très important.  J’ai pris la peine de traduire, p. 280-285 dans Le guerre italiane…  de Rochat : 
 
 
 
« Les rations : 
 
 
 
[Parler de] l’alimentation des soldats mérite un traitement à part du fait de son importance, pourtant souvent sous-évaluée dans les travaux (pas dans les mémoires). Cela nous offre un témoignage impitoyable des retards de l’armée, et là le régime joua peu de rôle, à part dans les difficultés croissances de l’approvisionnement. 
 
 
 
De la fin du 19e siècle à la Seconde Guerre mondiale, la ration journalière de l’armée comportait quatre bases : du pain de bonne qualité, de la viande bovine fraîche ou surgelée […] , des pâtes (macaronis, les « tubi » des mémoires), ou du riz deux fois par semaine ; enfin des pommes de terre et autres légumes pour le minestrone du soir. En caserne les soldats reçoivent du café, sucré le matin, du pain, une gamelle de pâtes et viande bouillis le midi, une gamelle de minestrone le soir, avec peu de variantes. Parfois la pastaciutta, du spezzatino de bœuf, un morceau de fromage, sans oublier les repas spéciaux de fête.  
 
Compléter ces rations n’est pas facile, la paie journalière d’un soldat passant de 40 centimes seulement à une lire journalière à l’automne 1939. Bref, une alimentation de pays pauvre, mais au début du siècle pour les paysans et ouvriers, manger du pain blanc et de la viande tous les jours était un luxe, et ce même la mauvaise qualité habituelle des cuisines militaires. En 1940, ces rations suffisaient en casernes et à l’arrière, mais pas au front, comme l’attestent tous les mémoires et témoignages des vétérans: sur tous les théâtres d’opération, la faim était garantie.  
 

 
 
Nous pouvons indiquer deux raisons de fond. Le haut commandement, persuadé d’une guerre courte, n’avait pas pensé à moderniser un système de ravitaillement hérité de la Première Guerre mondiale, et à ce moment adéquat vu le caractère statique des fronts (note de bas de page qui nuance). La nourriture provenait alors aux troupes depuis l’arrière, où se trouvaient les fours et les cuisines. Or, rien ne fut fait pour améliorer les fours « Weiss » pour la panification , qui s’étaient pourtant révélés lourds et peu mobiles en Ethiopie, devant rester si loin du front que le pain arrivait souvent vieux et moisi aux hommes en Albanie.  
 
 
 
Cela semble incroyable, mais la documentation le prouve, l’armée ne disposait pas de cuisines mobiles (les premiers exemplaires rentrèrent en service en 1943 et, hommage à la tradition, fonctionnaient au bois et non à l’essence, plus disponible). Elle comptait encore sur les matériels de la fin du 19e siècle, et les glorieuses marmites de campement modèle 1855. Ainsi la nourriture arrivait encore au front cuisinée depuis l’arrière, et on peut imaginer avec quels efforts et retards si les troupes étaient en mouvement ou sur des positions difficilement joignables, où arrivait un amas de pâtes tièdes mais pourtant précieuses du fait des circonstances.  
 
Les cuisines se résumaient donc à un personnel peu entraîné, aux outils et grandes marmites suspendus à des structures précaires, difficiles à renouveler et déplacer, avec des feux fonctionnant au bois, bois à trouver sur place ; petits problèmes en conditions normales, mais peu faciles à résoudre durant les déplacements et surtout les régions en étant privées comme la Lybie. Malgré trois années de guerre sur des fronts divers, ce système ne fut pas modifié, ni dans ses équipements ni dans la déconcentration de la préparation des repas où c’était possible sinon nécessaire, ou encore comme aurait pu le permettre la distribution de fours adaptés aux  unités. Les soldats s’arrangeaient en allumant des feux sous leurs gamelles quand ils le pouvaient, chapardant de la nourriture dans les alentours, mais ils auraient mérité mieux. 
 
 
 
 
 
L’autre problème de fond fut la désolante insuffisance de changement dans les repas. L’image du soldat britannique se préparant son breakfast en grillant son bacon et arrosant le tout d’une tasse de thé est un peu trop idyllique face au soldat italien trempant son pain dans un café lavasse, mais elle encadre bien le problème : les repas restent les mêmes de la caserne au front… Empirant naturellement en termes de qualité et régularité dès le moment où les troupes sont exposées à la fatigue et aux tensions du combat. La ration en Albanie prévoit certes la distribution éventuelle d’un doigt de cognac (3cl) ou 50 grammes de confiture ou 25 de chocolat, avec la possibilité de les poursuivre en cas d’exception. Néanmoins il manque la concession au soldat d’une alimentation plus riche et adaptée au front, avec la capacité de continuer à manger en cas de rupture des lignes d’approvisionnement. Or, la ration de secours se réduit à 400 grammes de biscuit et un morceau de viande , parfois accompagnée de mauvaise soupe en boîte ; et de nombreuses unités en Albanie, Grèce, puis Afrique septentrionale n’eurent pas mieux que cela durant des semaines. Une comparaison avec la « ration K » du soldat américain […] est humiliante, et pointe du doigt le gouffre non pas entre les deux armées, mais les deux civilisations. En 1942 les difficultés d’approvisionnement amenèrent à une réduction de la ration. Où c’était possible, on encouragea la diffusion de « potagers de guerre » , pour la culture des légumes et des fruits. […] L’année d’après, la situation s’écroula. 
 
 
 
 
 
Jusque-là nous avons parlé de la nourriture des soldats. Or, dans toutes les armées elle se distingue de celle des officiers et sous-officiers, qui ont leurs mess, leurs cantines en temps de paix et à l’arrière. Au front, pourtant, elle est la même pour tous, sauf pour les forces armées italiennes qui conservèrent jusqu’à la fin les privilèges dus aux officiers et sous-officiers, qui purent garder leurs locaux et rations à part. Les mémoires de la campagne de Libye rapportent la stupeur des italiens voyant Rommel manger son pain noir et sa confiture, ainsi que le plaisir des officiers allemands invités au mess de leurs collègues italiens, où étaient garantis le vin et la pastaciutta (évidemment, pas pendant les combats mêmes). Par contre, pour les soldats, seulement leurs gamelles et ration sèches. […] 
 
 
 
Une triste page d’une vieille armée qui ne réussit pas à assurer une nourriture suffisante à ses troupes et cherchait au contraire à garantir le prestige des officiers en leur conservant des privilèges de caste dignes du 19e siècle, mais non pas par la sélection et l’entraînement.
 
 
 
Je peux aussi mettre les tableaux de rations (grammes journaliers etc.) 
 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Andrea Farinelli
Caporale Maggiore
Caporale Maggiore

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2013
Messages: 769
Localisation: Lille

MessagePosté le: Lun 3 Aoû - 18:45 (2015)    Sujet du message: La nourriture, les rations du Regio Esercito. Répondre en citant

Dur!

Ils n'étaient donc pas mieux lotis que les Soviétiques...

Je me disais bien qu'aller à la boucherie de Noirétable était une vision idyllique de la vie du soldat! Mr. Green
Revenir en haut
Francesco Marzo
Sergente Maggiore
Sergente Maggiore

En ligne

Inscrit le: 06 Jan 2013
Messages: 5 662
Localisation: Sul fronte

MessagePosté le: Lun 3 Aoû - 19:21 (2015)    Sujet du message: La nourriture, les rations du Regio Esercito. Répondre en citant

C'est à peine croyable cette misère en effet. 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Cesare Milano
Soldato scelto
Soldato scelto

Hors ligne

Inscrit le: 06 Jan 2013
Messages: 2 379
Localisation: Chaville

MessagePosté le: Lun 3 Aoû - 20:12 (2015)    Sujet du message: La nourriture, les rations du Regio Esercito. Répondre en citant

Vraiment incroyable ce manque de clairvoyance de la part du commandement! Mais bon, c'est ce qui le caractérise.
Revenir en haut
Alessandro Forza
Soldato
Soldato

Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2013
Messages: 2 807
Localisation: Isere

MessagePosté le: Lun 3 Aoû - 21:01 (2015)    Sujet du message: La nourriture, les rations du Regio Esercito. Répondre en citant

Rigoni Stern évoque bien cela dans ses souvenirs à l'Est.

L'approvisionnement en nourriture et en munitions ont été les 2 grosses plaies du Regio Esercito. C'est assez triste à imaginer.

Merci sergente pour ces passages que tu nous traduis régulièrement Wink
Revenir en haut
Francesco Marzo
Sergente Maggiore
Sergente Maggiore

En ligne

Inscrit le: 06 Jan 2013
Messages: 5 662
Localisation: Sul fronte

MessagePosté le: Lun 3 Aoû - 21:08 (2015)    Sujet du message: La nourriture, les rations du Regio Esercito. Répondre en citant

Avec plaisir Okay
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Federico Giovanditto
Soldato
Soldato

Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2013
Messages: 1 311
Localisation: Dans les Bois Noirs

MessagePosté le: Lun 10 Aoû - 22:59 (2015)    Sujet du message: La nourriture, les rations du Regio Esercito. Répondre en citant

Je reste stupéfait de voir une telle désolation! Mais comment avoir serai-ce
serai-ce qu'une minute de courage et de persévérance en se sentant considéré de la sorte par son haut commandement... Mon grand-père a du être ravi de se faire faire prisonnier par les british et déplacé loin de toute cette misère, en Afrique du Sud.


Je veux bien que tu mettes (à l'occasion) les tableaux de grammage stp 
_________________
PS: C'est trop cher!...
-Il tradizionaliste piccolino-
Revenir en haut
Francesco Marzo
Sergente Maggiore
Sergente Maggiore

En ligne

Inscrit le: 06 Jan 2013
Messages: 5 662
Localisation: Sul fronte

MessagePosté le: Mar 11 Aoû - 21:35 (2015)    Sujet du message: La nourriture, les rations du Regio Esercito. Répondre en citant

L'auteur parle en effet du traitement correct des Italiens une fois retirés du front (quelques brimades, rien que de très normal pour des prisonniers, mais sans plus).

Je ferai ça après mon retour, oui.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Francesco Marzo
Sergente Maggiore
Sergente Maggiore

En ligne

Inscrit le: 06 Jan 2013
Messages: 5 662
Localisation: Sul fronte

MessagePosté le: Sam 30 Sep - 09:31 (2017)    Sujet du message: La nourriture, les rations du Regio Esercito. Répondre en citant

Quelqu'un a trouvé des casse di cottura à vendre au juste ? Ca nous manque encore pour des photos et sur un camp. Vu une partie à 20 euros seulement sur ebouse y'a pas longtemps. 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Alessandro Forza
Soldato
Soldato

Hors ligne

Inscrit le: 13 Fév 2013
Messages: 2 807
Localisation: Isere

MessagePosté le: Sam 30 Sep - 19:16 (2017)    Sujet du message: La nourriture, les rations du Regio Esercito. Répondre en citant

Je n'ai pas cherché...c'est un objet vraiment enorme et dur à stocker...
Revenir en haut
Francesco Marzo
Sergente Maggiore
Sergente Maggiore

En ligne

Inscrit le: 06 Jan 2013
Messages: 5 662
Localisation: Sul fronte

MessagePosté le: Dim 1 Oct - 09:39 (2017)    Sujet du message: La nourriture, les rations du Regio Esercito. Répondre en citant

Ha zut, je ne pensais pas que c'était si grand que ça. Cesare, si jamais, ça pourrait se laisser en Auvergne ? 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:52 (2018)    Sujet du message: La nourriture, les rations du Regio Esercito.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Plotone avanti! Index du Forum -> L'uniforme et l'équipement du soldat italien. L'Italie en guerre -> L'équipement individuel et collectif du soldat Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
Page 3 sur 4

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com